Grandes villes internationales

L’édition 2016 du guide Choix concurrentiels présente des classements des coûts d’entreprise dans plus de 100 villes situées dans les 10 pays à l’étude. Cette page présente les résultats pour un groupe sélect des plus grandes villes de chacun des pays à l’étude.

Principales villes internationales
RangVillePaysIndice1
1MonterreyMexique76,5
2MexicoMexique78,6
3MontréalCanada85,2
4TorontoCanada85,6
5VancouverCanada86,2
6ManchesterRoyaume-Uni86,4
7RotterdamPays-Bas87,5
8AmsterdamPays-Bas87,8
9MelbourneAustralie88,8
10RomeItalie89,1
11MilanItalie89,5
12SydneyAustralie90,1
13ParisFrance91,7
14OsakaJapon91,8
15BerlinAllemagne91,9
16FrancfortAllemagne92,8
17TokyoJapon93,6
18AtlantaÉtats-Unis95,1
19MiamiÉtats-Unis95,4
20LondresRoyaume-Uni95,4
21Dallas-Fort Worth2États-Unis96,2
22HoustonÉtats-Unis97,6
23Chicago2États-Unis98,3
24Nord de la Virginie (Washington, DC)États-Unis99,4
25PhiladelphieÉtats-Unis99,8
 BASE DE RÉFÉRENCE DES ÉTATS-UNIS2100,0
26Los Angeles2États-Unis100,8
27BostonÉtats-Unis101,2
28San FranciscoÉtats-Unis104,5
29New York2États-Unis104,7
1   Les coûts d’entreprise sont présentés sous forme d’indice. Un indice inférieur à 100 indique des coûts plus faibles que ceux de la base de référence des États-Unis, tandis qu’un indice supérieur à 100 indique des coûts plus élevés (p. ex., un indice de 95,0 représente 5,0 % en deçà de la base de référence des États-Unis).
2   La base de référence des États-Unis correspond aux coûts moyens des quatre plus grandes régions métropolitaines des États-Unis.

En 2016, toutes les principales villes internationales des pays autres que les États-Unis ont vu leur compétitivité des coûts s’accroître par rapport à celle des États-Unis, en raison de la croissance de la valeur du dollar américain. Toutefois, les variations des facteurs de coûts à l’échelle nationale ont également joué un rôle sur la compétitivité de ces villes. Par exemple, le repli des tarifs des services publics et la stabilité des coûts liés aux avantages sociaux ont permis à la ville de Sydney, en Australie, de se hisser devant la ville japonaise d’Osaka, où ces mêmes facteurs de coûts ont subi une hausse marquée.

Parmi les principales villes américaines, Miami enregistre depuis 2014 la plus faible augmentation des coûts d’entreprise, ce qui lui a permis de grimper dans le classement. En effet, Miami a pu profiter d’un récent recul des coûts de transport et des frais de location de bureaux en banlieue, de même que d’améliorations apportées par la Floride aux encouragements fiscaux.

À l’opposé, la ville de New York a subi la plus importante hausse des coûts d’entreprise parmi les grandes villes américaines, se positionnant derrière San Francisco dans le classement de cette année. L’augmentation des coûts de main-d’oeuvre – tant les salaires que les avantages sociaux – constitue un enjeu pour la ville de New York, et les gains obtenus par les entreprises new-yorkaises par suite de réformes fiscales récentes de l’État de New York ne permettent pas de compenser cette augmentation.

Ces exemples mettent en lumière la profondeur de l’analyse présentée dans Choix concurrentiels.

Lire la suite

Téléchargements

Competitive Alternatives 2016

Rapports de l’étude

 

Entreprises commanditaires

Colliers

Colliers International

Lien
MMK Consulting

MMK Consulting

Lien

Communiquez avec KPMG

KPMG

Personnes-ressources chez KPMG

Personnes-ressources